Une claque, un coup, ce serait trop facile si ça commençait toujours par de la violence physique. Si les conséquences de la violence entre conjoints se résumaient à des bleus, des cicatrices, des blessures, etc, tout le monde en prendrait conscience facilement. La victime pourrait alors porter plainte et quitter la relation rapidement.

Pourtant, la violence conjugale débute plus subtilement. Le conjoint commence à s’emporter pour un rien. Il crie, il frappe sur la table ou sur le mur pour exprimer sa colère etc. Peu à peu, la femme commence à faire attention à ses propres comportements pour éviter la « chicane ». Les remarques désobligeantes, les commentaires déplacés et les critiques acérées se multiplient et ont un impact sur l’estime de soi de la femme. Dès le début de la relation, la femme peut se questionner sur l’attitude de son conjoint mais rejette souvent la faute sur le stress, sur elle ou sur d’autres facteurs externes à son conjoint.

D’autres manifestations de la violence conjugale viennent ensuite s’ajouter :

 

  • La violence financière, l’homme trouve mille et une raisons pour que sa conjointe soit dépendante financièrement de lui ;

 

  • La violence sociale, il la fait se sentir mal devant sa famille ou ses amies pour qu’elle finisse par ne plus les voir ;

 

  • La violence sexuelle, il la boude ou lui fait « payer » lorsqu’elle refuse d’avoir des rapports sexuels ;

 

  • La violence physique peut ensuite s’installer lorsque le conjoint a bien installé sa domination sur sa conjointe et qu’il ne risque « plus de la perdre ».

 

En fait, la violence conjugale c’est une multitude de phrases, de moments qui font que la victime se sent mal, qui la fait se questionner sur ses perceptions et sur sa part de responsabilité. C’est un processus qui s’établit petit à petit, qui s’amplifie avec le temps et qui a beaucoup de conséquences physiques et psychologiques sur la victime, en détruisant peu à peu son estime d’elle-même, son unicité pour finir par se modeler aux seuls désirs de l’autre. Dans ce contexte, il peut être très difficile pour la victime de s’en sortir seule, mais ce n’est pas impossible de le faire. N’hésitez pas à nous téléphoner au 450-371-4618.