Vivre de la violence conjugale peut être une expérience traumatisante pour une femme immigrante, car plusieurs facteurs peuvent s’ajouter à sa réalité et lui faire penser qu’elle ne peut rien faire pour s’en sortir. Il peut ainsi sembler impossible pour elle de quitter son conjoint qui a des comportements violents.

En effet, comme facteur important, il peut y avoir la difficulté à comprendre les intervenant(e)s qu’elle côtoie et surtout trouver les mots pour exprimer ce qu’elle vit et ressent. Il peut avoir aussi la peur de ce qui va arriver ou des conséquences sur elle et sur son conjoint si elle le quitte ou porte plainte. Parfois, la famille de la femme ou sa communauté d’origine peuvent la décourager de quitter son conjoint ou d’entamer des démarches juridiques. Ils peuvent aussi banaliser la violence que la femme vit ou la faire sentir coupable.

Tout comme la plupart des femmes victimes de violence conjugale, la femme immigrante a besoin de sécurité, de protection et d’hébergement pour elle et ses enfants. Par contre, elle a aussi besoin de se sentir en confiance et respectée dans son identité culturelle et ses croyances religieuses. Elle a parfois besoin des services d’un interprète.  Plusieurs peuvent se questionner sur leur statut d’immigration et ses particularités en lien avec la violence conjugale vécue. Enfin, toute femme victime de violence conjugale a besoin d’être accompagnée dans ses démarches, de travailler son estime de soi et a surtout besoin que les intervenant(e)s fassent preuve d’ouverture et de souplesse pour s’adapter à sa réalité.

 

Source : Répondre aux besoins des femmes immigrantes et des communautés ethnoculturelles Fédération des ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec, de la Table de concertation en violence conjugale de Montréal et du Protocole UQAM-Relais-femmes du Service aux collectivités de l’UQAM.