La violence conjugale peut prendre différentes formes, mais certaines ne sont pas toujours considérées comme de la violence, exemple la violence sociale.

L’amour, la dépendance et le bien-être de la famille sont souvent des excuses données à tort pour justifier des comportements qui s’inscrivent dans la violence sociale.

 La violence sociale , c’est lorsque le conjoint :

ꕥ Rabaisse ou critique les personnes significatives pour elle (amies, famille, etc) ;

ꕥ Propose des sorties seulement lorsqu’elle a planifié des projets avec son             

entourage ;

ꕥ L’oblige à lui donner accès à ses comptes sur les médias sociaux pour ensuite  

analyser et/ou critiquer tous ses messages ;

ꕥ Contrôle ses loisirs ou ses passe-temps ;

ꕥ L’incite fermement à ne pas travailler à l’extérieur où à abandonner ses études  

puisque, selon lui, elle doit être disponible en tout temps pour lui et les enfants ;

ꕥ L’accuse à tort d’infidélité.

 Aussi, la jalousie, lorsqu’utilisée pour prendre le contrôle sur la conjointe, peut être considérée comme de la violence sociale.

La violence sociale, comme toutes les autres formes de violence, se développe graduellement, ce qui amène la femme à s’isoler petit à petit de son réseau. Cet isolement social de la femme contribue à la maintenir dans un contexte de violence conjugale.

Si vous vous reconnaissez dans ce texte, n’hésitez pas à contacter une intervenante de l’Accueil pour Elle au 450-371-4618 pour en jaser.

  

Source : Site internet de La Rose des Vents http://www.alabridelaviolence.org/besoin-aide-/violence-sociale