Contrairement aux idées préconçues, la violence conjugale a aussi lieu chez les couples âgés (à partir de 60 ans). Il peut toutefois être difficile de la déceler, l’entourage peut ainsi associer les comportements du conjoint à toutes sortes de difficultés liées au vieillissement.

De plus, les femmes âgées peuvent souvent être gênées de parler de violence, car elles peuvent accorder de l’importance à l’institution du mariage, à la loyauté envers le conjoint, à l’unité familiale ainsi qu’à la religion. Toutes ces raisons peuvent faire en sorte que ces femmes dévoilent plus difficilement une situation de violence conjugale.

Quel que soit l’âge de la victime, la violence reste de la violence, le conjoint peut

  • Chercher à s’emparer des biens de la victime ;
  • Chercher à contrôler ses activités, ses appels, ses contacts avec sa famille et ses amies ;
  • Refuser que sa conjointe soit évaluée ou reçoive des services médicaux ou autres ;
  • Infantiliser sa conjointe et même la dénigrer devant les gens.

En tant que proche, il est important d’aider la victime à reconnaître la violence vécue et à trouver de l’aide. « La confiance en soi est un matériau qui s’use avec l’âge » disait Gilles Vigneault. Assurez-vous que vos proches plus âgés sont en sécurité et n’hésitez pas à leur venir en aide au besoin.

 

Site internet : http://www.canalvie.com/sante-beaute/sante/prevention-et-maladies/la-violence-envers-les-aines-1.1294882 & http://www.deconnivence.ca/venir-en-aide/personne-agee-violence-conjugale