On associe souvent la « dépendance affective » à la violence conjugale. On entend souvent dire qu’une femme est victime de violence conjugale parce qu’elle est « dépendante affective » ou bien qu’elle a un manque d’estime de soi. En gros, comme le mentionne Diane Prud’homme (2011)*, lorsqu’on dit qu’elle est « dépendante affective », on dit à la femme qu’elle est la cause de cette violence et qu’elle doit agir sur son problème à elle.  Or, intervenir en violence conjugale, c’est justement sortir la femme de son impuissance en redonnant la responsabilité de la violence à celui qui l’exerce et en reconnaissant la perte de pouvoir que cette violence a engendré sur la victime.

 

Ce qu’on appelle « dépendance affective » souvent confondue avec un besoin sain et normal d’affection, est tout simplement une des conséquences de la violence vécue. La femme est amenée graduellement dans un cycle de violence, ce qui permet peu à peu à l’agresseur de prendre le contrôle sur sa victime tout en s’assurant qu’elle ne le quittera pas. Il faut beaucoup de courage et de détermination à la victime pour se sortir de ce cycle. De plus, si la femme se défend et riposte à la violence de son conjoint, on la taxe aussitôt d’être violente elle aussi et par le fait même, on minimise la violence vécue.

Il ne faut pas oublier que la violence est un choix, l’homme qui la fait subir à sa conjointe est le seul responsable de sa           violence.

 

Source : https://www.erudit.org/fr/revues/ref/2011-v17-n1-ref1812734/1005238ar/

PRUD’HOMME, Diane «  La violence conjugale : quand la victimisation prend des allures de dépendance affective ! », vol. 17, no. 1, 2011, p. 180-190.