La violence sexuelle inclut toutes les formes de violence qui se manifestent de façon sexuelle : agression sexuelle, exploitation sexuelle, cyberviolence sexuelle, leurre d’enfants, prostitution juvénile ou proxénétisme.  La violence sexuelle peut toucher tout le monde : les femmes, les hommes, les enfants, les familles et les adolescents-es de toutes les classes sociales et de toutes les cultures.

AGRESSION À CARACTÈRE SEXUEL

Plus précisément, une agression à caractère sexuel est un acte sexuel IMPOSÉ ET NON DÉSIRÉ : Ça peut être…

  • – un attouchement de nature sexuelle comme un baiser, une caresse ou du sexe oral ;
  • – un rapport sexuel avec pénétration ;
  • – du harcèlement sexuel ;
  • – de l’exploitation sexuelle ;
  • – de l’inceste ;
  • – de l’exhibitionnisme ;
  • – du voyeurisme ;
  • – des appels obscènes ;
  • – de la cybercriminalité sexuelle ;
  • – une agression à caractère sexuel par intoxication volontaire et/ou involontaire. ETC.

En fait, c’est un acte de violence commis par une personne dans le but d’exercer son pouvoir sur l’autre.

Sur le site internet de « Jeunesse, J’écoute » *, les victimes d’une agression à caractère sexuel doivent se   rappeler qu’elles n’ont rien à se reprocher. L’agression à caractère sexuel est toujours la faute de l’agresseur.  Personne a provoqué une agression sexuelle en raison de son habillement ou de son comportement.  Les victimes doivent aussi se rappeler qu’une agression à caractère sexuel n’est pas nécessairement un acte violent. Si tu refuses ou restes muette et que la personne continue, il y a agression, même si tu ne  résistes pas.

Une agression à caractère sexuel peut être une expérience difficile à vivre et peut entrainer plusieurs        conséquences physiques ou psychologiques telles que la culpabilité, la honte, la colère, une dépression, la peur, l’anxiété, la difficulté à manger, des problèmes de sommeil, des souvenirs récurrents et/ou des sautes d’humeur, etc. Il peut donc être important d’aller chercher de l’aide par exemple auprès du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caratère sexuel (CALACS) La Vigie au 450-371-4222 qui est spécialisé dans l’intervention auprès des victimes d’agression à caractère sexuel.  De plus, après une agression à caractère sexuel, il est souvent recommandé de se rendre à l’hôpital pour que le personnel hospitalier vérifie la présence de blessures physiques, fasse des tests de dépistage et procède à un examen médical pour avoir la possibilité par la suite de porter plainte.

 

SOURCE:  * https://jeunessejecoute.ca/information/cest-quoi-agression-sexuelle/