Témoignages

C'était quand on a déconfiné et qu'on avait enfin le droit d'aller voir nos proches à l'extérieur. J’ai suggéré d’aller voir ma sœur dans sa cour. Tout de suite, ça a été l’orage, les regards de mépris, les soupirs découragés… comme si j’étais vraiment irresponsable de penser faire ça. On est pas allé finalement.

Femme  |  24 ans

NON. Nous te recommandons toutefois de te rendre à l’hôpital en cas de violence physique et ce, afin que tu sois soignée et qu’il y ait constatation de tes blessures. En effet, si un jour tu décides de demander à la Cour un interdit de contact pour violence conjugale, ces informations te seront utiles.

Est-ce que je vais être obligée de porter plainte ?

NON. En tout temps, tu es libre de retourner avec ton conjoint. Tu ne seras jamais jugée dans ta décision.

Est-ce que je vais être obligée de quitter mon conjoint ?

OUI. Notre mission est d’aider et d’héberger les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Par violence conjugale, nous entendons la violence sous toutes ses formes, qu’elle soit physique, psychologique, sexuelle, économique, sociale et verbale.

Est-ce que je peux être hébergée à L’Accueil pour Elle même si mon conjoint ne m’a jamais frappée ?

Questions fréquentes

La violence physique

Voies de fait

La violence conjugale prend différentes formes, soit physique, sexuelle, psychologique, verbale, sociale et économique. Au criminel, on peut porter plainte contre son conjoint seulement pour certains motifs tels que les voies de fait, l’intimidation, le harcèlement criminel, les menaces de blessures ou de mort, les tentative de meurtre, le meurtre ou les méfaits (briser les biens d’autrui).
Ainsi, lorsqu’une femme a vécu de la violence physique, elle peut porter plainte pour différents types de voies de fait soit simples, armées, causant des lésions corporelles ou graves.

La violence conjugale prend différentes formes, soit physique, sexuelle, psychologique, verbale, sociale et économique. Au criminel, on peut porter plainte contre son conjoint seulement pour certains motifs tels que les voies de fait, l’intimidation, le harcèlement criminel, les menaces de blessures ou de mort, les tentative de meurtre, le meurtre ou les méfaits (briser les biens d’autrui).


Ainsi, lorsqu’une femme a vécu de la violence physique, elle peut porter plainte pour différents types de voies de fait soit simples, armées, causant des lésions corporelles ou graves.


Voies de fait simples 

Il s’agit généralement de contacts physiques violents qui ne causent pas de blessures, que ce soit un geste menaçant ou une tentative d’utiliser la force. 


Exemple : Ça peut être de se faire pousser, de recevoir un coup de poing ou de pied ou de se faire menacer qu’il faire le geste, etc.


Des accusations de voies de fait simples mènent généralement à une ordonnance de probation avec un engagement de ne plus contacter la victime. Pour les personnes qui n’ont pas d’antécédents judiciaires, l’accusation est souvent retirée si l’accusé s’engage à garder la paix pour une période de temps prédéterminée. Cependant, même si l’infraction est retirée, une trace restera dans le dossier judiciaire de l’accusé jusqu’à ce que ce dernier entame des procédures pour la retirer.


Voies de fait armées

C’est quand il y a eu voie de fait, mais qu’une arme a été utilisée. Même si elle n’a pas été utilisée sur la personne agressée. Exemple : Lancer une bouteille sur un mur sans toucher la femme.


Voies de fait causant des lésions corporelles

Il y a eu voie de fait et en plus, la victime a été blessée. Il peut s’agir tout simplement d’un bleu, d’un oeil au beurre noir ou autres.


Voies de fait graves

Lorsqu’un os est fracturé, des points de suture sont nécessaires ou que la vie de la personne est en danger, il s’agit de voie de fait grave.


En terminant, la « violence conjugale » prend différents visages tels que bousculer ou projeter la femme sur un mur, la gifler, lui serrer les bras, la menacer de la frapper ou de la tuer, lui donner des coups de poing ou de pied, lui lancer des objets, exiger d’elle des relations sexuelles, la séquestrer ou encore la harceler. Toutes ces infractions criminelles sont des motifs pour porter plainte contre son agresseur.


N’hésitez pas à nous contacter au 450-371-4618 pour être accompagné dans ces démarches.


SOURCES :
1* Site internet d’Informelle Les différents types de voies de fait https://www.informelle.osbl.ca/public/les-diff%C3%A9rents-types-de-voies-de-fait.html
2* Centre natioal du pardon Accusé de voie de faits ? https://nationalpardon.org/accuse-de-voie-de-faits/?lang=fr

Urgence 24/7

1/3

Que ce soit pour toi-même ou quelqu'un de ton entourage, nous sommes là pour t'aider.