Témoignages

C'était quand on a déconfiné et qu'on avait enfin le droit d'aller voir nos proches à l'extérieur. J’ai suggéré d’aller voir ma sœur dans sa cour. Tout de suite, ça a été l’orage, les regards de mépris, les soupirs découragés… comme si j’étais vraiment irresponsable de penser faire ça. On est pas allé finalement.

Femme  |  24 ans

NON. Nous te recommandons toutefois de te rendre à l’hôpital en cas de violence physique et ce, afin que tu sois soignée et qu’il y ait constatation de tes blessures. En effet, si un jour tu décides de demander à la Cour un interdit de contact pour violence conjugale, ces informations te seront utiles.

Est-ce que je vais être obligée de porter plainte ?

NON. En tout temps, tu es libre de retourner avec ton conjoint. Tu ne seras jamais jugée dans ta décision.

Est-ce que je vais être obligée de quitter mon conjoint ?

OUI. Notre mission est d’aider et d’héberger les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Par violence conjugale, nous entendons la violence sous toutes ses formes, qu’elle soit physique, psychologique, sexuelle, économique, sociale et verbale.

Est-ce que je peux être hébergée à L’Accueil pour Elle même si mon conjoint ne m’a jamais frappée ?

Questions fréquentes

Violence économique

La violence économique, ce n’est pas seulement dans les extrêmes : Par exemple, exiger de sa conjointe la presque totalité de son salaire pour le bien de la famille ou l’empêcher ou l’obliger de travailler etc. Ça peut aussi être de devoir toujours demander à son conjoint de l’argent pour l’achat de lait ou de pain au dépanneur ou de devoir payer la grande majorité des dépenses lors de vos sorties. Vouloir le contrôle des finances et faire sentir (injustement) l’autre coupable de dépenser sans que ce soit réciproque est une forme de violence  économique.

Il est normal pour un couple de prendre des arrangements au niveau des dépenses de la famille. Certains couples ont chacun un compte personnel ainsi qu’un compte conjoint dans lequel le montant des dépenses obligatoires (loyer, électricité, téléphone, câble, internet, nourriture, etc.) est déposé. D’autres ont seulement un compte conjoint. Chacun peut aussi être responsable de seulement certaines dépenses. Quel que soit l’arrangement, il est important que ce soit équitable et qu’aucun des deux conjoints ne fassent sentir l’autre comme inférieur ou qu’il entraine la perte de l’autonomie financière de l’autre conjoint.


La violence économique, ce n’est pas seulement dans les extrêmes : Par exemple, exiger de sa conjointe la presque totalité de son salaire pour le bien de la famille ou l’empêcher ou l’obliger de travailler etc. Ça peut aussi être de devoir toujours demander à son conjoint de l’argent pour l’achat de lait ou de pain au dépanneur ou de devoir payer la grande majorité des dépenses lors de vos sorties. Vouloir le contrôle des finances et faire sentir (injustement) l’autre coupable de dépenser sans que ce soit réciproque est une forme de violence  économique.


Ainsi, la violence économique c’est aussi…

  • « T’as pas besoin de t’acheter d’autres pantalons…  Tu veux plaire à qui ? » *

  • « Il se paie tout ce dont il a envie, je n’ai jamais d’argent pour moi et les enfants. » *

  • « Il me disait tout le temps, « mets ça sur ta carte, je vais te rembourser à mon prochain chèque. » Il trouvait toujours de bonnes excuses pour ne pas le faire. » *


La violence conjugale n’est pas toujours évidente à identifier. Il est donc important de se fier à son intuition et à son ressenti. Parler à une personne extérieure à sa relation peut aussi aider, n’hésitez donc pas à nous contacter au 450-371-4618.


SOURCE : *Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. La violence conjugale, c’est quoi au juste ? 1990

La violence économique

Urgence 24/7

1/3

Que ce soit pour toi-même ou quelqu'un de ton entourage, nous sommes là pour t'aider.