Témoignages

C'était quand on a déconfiné et qu'on avait enfin le droit d'aller voir nos proches à l'extérieur. J’ai suggéré d’aller voir ma sœur dans sa cour. Tout de suite, ça a été l’orage, les regards de mépris, les soupirs découragés… comme si j’étais vraiment irresponsable de penser faire ça. On est pas allé finalement.

Femme  |  24 ans

NON. Nous te recommandons toutefois de te rendre à l’hôpital en cas de violence physique et ce, afin que tu sois soignée et qu’il y ait constatation de tes blessures. En effet, si un jour tu décides de demander à la Cour un interdit de contact pour violence conjugale, ces informations te seront utiles.

Est-ce que je vais être obligée de porter plainte ?

NON. En tout temps, tu es libre de retourner avec ton conjoint. Tu ne seras jamais jugée dans ta décision.

Est-ce que je vais être obligée de quitter mon conjoint ?

OUI. Notre mission est d’aider et d’héberger les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Par violence conjugale, nous entendons la violence sous toutes ses formes, qu’elle soit physique, psychologique, sexuelle, économique, sociale et verbale.

Est-ce que je peux être hébergée à L’Accueil pour Elle même si mon conjoint ne m’a jamais frappée ?

Questions fréquentes

Sensibilisation

Les homicides conjugaux

Les femmes tuées par leur conjoint font les manchettes depuis quelques années et nous amène à croire que le nombre d’homicide conjugal a augmenté. Contrairement à cette croyance populaire, le taux d’homicide conjugal est sensiblement le même depuis 2006.

Les femmes tuées par leur conjoint font les manchettes depuis quelques années et nous amène à croire que le nombre d’homicide conjugal a augmenté. Contrairement à cette croyance populaire, le taux d’homicide conjugal est sensiblement le même depuis 2006.


Selon Statistique Canada, le taux de violence conjugale rapporté à la police a quant à lui diminué avec les années. De toutes les provinces du Canada, c’est l’Ontario et le Québec  qui présentent les taux de violence faite aux femmes les moins élevés. Par contre, le taux d’agressions sexuelles commises par un partenaire intime contre des femmes (rapportées à la police) a toutefois augmenté de 17 %.


Bien entendu, ces statistiques ne donnent pas un portrait fidèle de la réalité puisque plusieurs femmes ne dénoncent pas à la police. Selon une étude sur la violence familiale au Canada en 2014, 70 % des incidents de violence conjugale ne sont pas rapportés à la police.


De plus, la  majorité des homicides conjugaux sont précédés par de la  violence conjugale. Ainsi dans 78 % des homicides entre conjoints commis au Canada entre 2001 et 2011, il y avait des antécédents de violence conjugale connu de la police entre la victime et l’agresseur (Statistique Canada, 2013).

En prévenant la violence conjugale, on a donc un impact direct sur les homicides conjugaux. Mais il ne faut pas oublier que les moments entourant une rupture ou la perte d’espoir du retour de la conjointe constituent les principaux facteurs de risque d’homicide en violence conjugale.


En moyenne, tous les six jours au Canada, une femme est tuée par son partenaire intime. Selon Statistiques Canada, le taux de meurtre des femmes autochtones est six fois plus élevé que celui des femmes allochtones.


SOURCE : https://www.canadianwomen.org/fr/les-faits/violence/

Urgence 24/7

1/3

Que ce soit pour toi-même ou quelqu'un de ton entourage, nous sommes là pour t'aider.